2ème plateau des U6 à Saint-Germain



Initialement ce plateau devait se dérouler à Plaisir, mais suite à un changement dont le rugby a le secret, c’est Saint-Germain-en-Laye qui fut finalement notre destination. Mais du plaisir, il y en eut quand même, rassurez-vous. Au moins au début, avant que la chape de plomb grise et polaire stationnant au-dessus de la forêt de Saint-Germain n’ait finalement raison de nos courageux rugbymen et en fige un certain nombre sur place avant la fin du plateau, façon Mister Freeze.
La grande nouveauté du plateau ne fut pas tant l’organisation du plateau en mode mini-tournoi, mais la présence simultanée de nos deux rugbywomen, Sybille et Louane sur les terrains. Et par ce temps à ne pas mettre un Saint-Bernard dehors, elles n’ont pas laissé leur part au chien, loin s’en faut !
Conséquence de cette nouveauté, les coaches durent adapter leur discours et consignes. L’habituel « C’est bien, les gars ! » devenant « C’est bien les gars ! », puis après une hésitation de plus en courte au fur et à mesure des matches « … et la fille ! ».
A nouveau répartis dans 2 équipes de force supposée égale, nos joueurs firent preuve de témérité, de dextérité, et bien d’autres mots élogieux finissant en « -ité » (je vous laisse organiser un « petit bac » chez vous pour compléter la liste). Il y eut des plaquages énormes, notamment de nos deux petits gabarits (dont Louane, dont on aurait pu croire qu’elle était montée sur ressort, je plaque, je me relève, je plaque, je me relève, je plaque, je me relève… Dusautoir et son record à 24 plaquages lors de la finale de la coupe du monde n’a qu’à bien se tenir… Et tellement collective qu’elle poussait le vice à s’arrêter pour chercher un partenaire alors qu’un boulevard s’ouvrait devant elle jusqu’à la ligne d’essai…). Il y eut des avancées héroïques avec passes main-main, des échappées dans des trous de souris, des essais en veux-tu en voilà ! Bref, on aurait cru voir des Japonais à la U Arena samedi dernier. Certes, tout ne fut pas encore parfait, il y a par exemple cet agaçant positionnement devant le partenaire porteur du ballon ou cette capacité à regarder le ballon au sol en attendant qu’un adversaire le saisisse, certes pour mieux le plaquer ensuite, mais ça ne fait pas avancer le schmilblick (qui n’est pas un œuf, je le rappelle).
Pour résumer le déroulement du plateau, je reprendrais à peu  près les mots d’un des papas présents sur le bord de touche, « Nous partîmes  17 et par un prompt renfort nous nous vîmes 6 en arrivant au port ». A chaque match , un joueur déclarait forfait mordu par le froid, ce qui fit que les deux équipes firent cause commune avec les derniers héros du jour pour vaincre Triel-Les-Mureaux d’un dernier cadrage-débordement rageur !
Après la remise des médailles, plus méritées que jamais aujourd’hui, et un revigorant chocolat chaud, qui redonna des couleurs (quoique bleu est une couleur), il était temps de regagner la douceur du foyer. Restait à passer entre les vigiles- dont je pense que trois comme moi pourraient tenir aisément dans leurs vêtements – qui n’étaient pas là pour surveiller les éventuels débordements des U6, mais, renseignement pris pour veiller à l’arrivée des joueuses du match de foot PSG-Bordeaux.
De nos jeunes et formidables joueuses du RCMC aux féminines du PSG, la boucle était bouclée, tout comme ce résumé.
Prochain rendez-vous à Plaisir le 10 février (Malgré le changement climatique, ça risque d’être encore un peu gla-glatant….)
 

Dimanche 3 Décembre 2017
Wilfried LAURENT
Lu 99 fois

Reportages | Contact école | Chartes de l'Ecole | Inscriptions



Dans la boutique
La ligne de vêtements du RCMC

La ligne de vêtements du RCMC (7)

Des vêtements à nos couleurs pour les petits et grands
Ils nous accompagnent
Partager ce site